Chambre des comtesses

Dans cette pièce l’aménagement d’une chambre de châtelaine a été reconstitué. Les pièces maîtresses de la pièce sont le lit conjugal à baldaquin, en bois, et le berceau. La petite taille de ce lit double étonne. Le côté décoré d’une couronne d’épines aurait été celui de l’époux, alors que celui garni d’un chapelet de fleurs aurait été réservé à l’épouse. On dormait sur un sac de feuillage provenant de la hêtraie de la colline voisine, l’Ardetzenberg ; le feuillage était renouvelé chaque automne. Le baldaquin protégeait les dormeurs de parasites tombant du plafond. Les parents, de foi chrétienne, protégeaient l’enfant dormant dans le berceau, en y faisant sculpter un monogramme de Marie.


Toutefois, les superstitions jouaient également un rôle, comme en témoigne l’étoile de druide (pentagramme) de l’autre côté du berceau. Dans un coin de la pièce, sur le mur en face du lit, se trouve le petit portrait de Catharina von Furtenbach (1531-1619). Elle créa la fondation des « Küachle » (petits pains), ayant pour but d’offrir, une fois par semaine, des petits pains au levain aux patients de l’hôpital de la ville. Le plafond en bois de cette pièce provient de l’ancien stand de tir de Feldkirch, construit en 1592 au bord de la rivière Ill.